Aller au contenu principal
x

Améliorer la sécurité des hommes grâce à un modèle HORS-SITE

Le monde de la construction est l’un des plus exposé aux risques et aux accidents du travail. Une prise de conscience combattue à coup de formation, de sensibilisation et de communication depuis plusieurs années. « Les causes les plus fréquentes d’accidents dans le BTP restent sans surprise la manutention manuelle (53%), les chutes de hauteur (29%), ainsi que l’utilisation d’outillage à main (9%) » (leblogdubatiment.com)

Les règles à respecter sont de plus en plus nombreuses :
-    Le rangement du matériel pour éviter les chutes de pleins pieds,
-    La manutention de charges lourdes qui cause des troubles musculo-squelettiques,
-    L’obtention d’un permis CACES pour les conducteurs d’engins, etc. 
Même si une baisse des accidents se fait sentir depuis quelques années « en dix ans, ils ont reculé de 29% », le BTP reste l’un des secteurs le plus accidentogène avec 90 accidents du travail (AT) pour 1.000 salariés en 2017. En comparaison, en 2013 il y avait entre 30 et 46 AT pour 1000 salariés dans l’industrie tous secteurs confondus. Cela s’explique par l’obligation légale du directeur d’une entreprise industrielle d’assurer la santé et la sécurité de ses salariés au travail.

Un argument supplémentaire en faveur de la construction industrielle. Dans le cadre d’un projet industrialisé, le travail sur site est limité, l’essentiel de la main d’œuvre se trouve en usine de production, dans un environnement plus facile à contrôler et sécuriser. Les travaux s’effectuent au sec, avec des outils adaptés dans un cadre où les aléas sont en grande partie anticipés et maîtrisés. Le turn-over moins important permet à un opérateur de mieux appréhender la tâche qui lui est incombée. 
En complément, des mesures sont prises comme : 
-    La prévention avec des plans de prévention mis en place
-    La Formation et la sensibilisation régulières des opérateurs aux travaux et à la manipulation de certains outils
-    Le contrôle régulier, notamment du port de EPI.

Enfin, la livraison de modules ou de salles de bain préfabriquées et leur installation rapide nécessite peu de travail restant sur site. Il s'agit surtout de travaux d'assemblage d'éléments déjà fabriqués en industrie ou bien de coordination de livraison et non plus de construction au sens premier du terme.